VIOL SUR MINEURE : LA POLICE GAMBIENNE ACCABLE LE DIPLOMATE SÉNÉGALAIS

news-details
GAMBIE

L’affaire a été ébruitée le 29 avril dernier. Au bout de plusieurs mois d’enquête, les conclusions d’enquête de la police gambienne, a recommandé la poursuite du diplomate sénégalais mis en cause dans une affaire de viol sur une mineure, déficiente mentale.

Un rapport qui suscite une vague de réactions chez le voisin immédiat du Sénégal. Les militants et défenseurs des droits humains exigent que le diplomate soit traduit en justice. Cela, nonobstant le statut d’immunité diplomatique, en vertu de la Convention de Vienne sur les relations diplomatiques, dont jouit le mis en cause. Selon The Standard, le canard local qui a révélé l’affaire et qui a eu accès au rapport de la police, l’institution a fourni des preuves suffisantes pour que le diplomate soit poursuivi.

C’est un rapport très accablant que la police gambienne a déposé au bureau du procureur de la République et à celui du ministre de l’Intérieur. D’après les informations obtenues par Emedia, les conclusions d’enquête de la police sont formelles : un diplomate sénégalais de 41 ans, en poste à l’ambassade du Sénégal en Gambie a « abusé une mineure de 17 ans, déficiente mentale de surcroît ». Par conséquent, il doit être poursuivi « sans délai ».

Mais pour y arriver, un certain nombre de préalables s’imposent au regard de l’immunité diplomatique dont jouit le diplomate. Selon le Procureur général de la République, Cherno Marenah, à moins que l’immunité du diplomate ne soit levée par le Sénégal, son département ne peut enclencher une action judiciaire.

Embarrassante affaire

« La balle est dans le camp du département des Affaires étrangères qui doit notifier à qui de droit », a-t-il martelé. Pour l’instant, le Ministère gambien des Affaires étrangères ne souhaite pas s’exprimer sur l’affaire. Joint au téléphone, Bassirou Sène, ambassadeur du Sénégal en Gambie, indique que son institution n’a pas encore été saisie par le Ministère gambien des Affaires étrangères sur le sujet. Les autorités consulaires attendent d’être notifiées par qui de droit.

Y a-t-il une chance de voir cette affaire de mœurs, qui pollue l’atmosphère au sein de la représentation diplomatique sénégalaise en Gambie, soit un jour tirée au clair ? Pas si sûr. Selon une source diplomatique gambienne qui a requis l’anonymat, Banjul serait très embarrassée par l’affaire. À l’en croire, la Gambie peut saisir le Sénégal pour lever l’immunité diplomatique du mis en cause ou le déclarer persona non grata, synonyme d’une expulsion imminente. Mais la probabilité de voir cela arriver « est quasi nulle », croit savoir notre source.

Vous pouvez réagir à cet article