VIDÉO - MÉDINA, LA BALAFRE DES BÂTIMENTS CHANCELANTS

news-details
URBANISME

En cette période d’hivernage, ils constituent un danger permanent pour les populations riveraines. À la Médina plus de 20 bâtiments menaçant ruine ont été recensés.

Medina, quartier populaire de la capitale. Ici les journées se succèdent et se ressemblent. Dès l’apparition de premiers lueurs du soleil, les commerces s’ouvrent et les populations vaquent tranquillement à leur occupations. Dans cette routine quotidienne, un batiment cristalise les attentions. Attention Danger ! Imposant avec ses 3 étages, il est aujourd’hui interdit d’accès.

Pas besoin de prendre une loupe pour voir son état de délabrement avancé. Les dalles de son balcon tanguent. Ses murs se fissurent. Il alerte à sa manière. Une véritable menace pour la famille qui vit tout juste à côté.

Trouvées assises juste à l’entrée de la maison, Awa Faye, sexagénaire et sa sœur ne dorment plus à poing fermés. Leur chambre est accolée au bâtiment. Le danger plane en permanence sur elles. Après avoir alerté le préfet de Dakar par une lettre la famille Faye est partagée entre indignation et résignation.

"Nous vivons le calvaire car c’est un danger permanent qui est au dessus de nous. La nuit, je n’ose même pas avoir un sommeil profond. Le matin nous nous déplaçons pour venir ici et éviter que le bâtiment ne tombe sur nous. Le Préfet était venu ici pour faire le constat, il y a 3 ou 4 ans mais depuis lors nous attendons toujours la démolition de ce batiment. Du côté de la mairie aussi, c’est l’omerta. Aucune action diligente des autorités, elles attendent que l’irréparable se produise pour se rendre compte du danger qui nous guette" se désole Awa Faye.

20 BATIMENTS MENAÇANT RUINE À LA MÉDINA

Cette bâtisse croulante n’est pas un cas isolé. 20 bâtiments menaçant ruine ont été recensés par la Mairie de la commune qui jouxte le centre ville de la capitale du Sénégal. La municipalité pointe du doigt l’inaction des autorités administratives qui tardent à procéder à la démolition de ces constructions.

" Nous avons fermé beaucoup de batiments menaçant ruine et envoyé des mises en demeure à leurs propriétaires ; maintenant nous attendons l’intervention du préfet de Dakar." dixit, Pape Amadou SY, Directeur technique de la mairie de Médina.

Joint au téléphone, le Préfet de Dakar sur un ton serein nous fait savoir qu’il n’y a pas d’équivoque. Selon Djiby Diallo, le code de la construction est clair. "Lorsque l’arrêté de péril n’a pas été exécuté dans le délai fixé, la collectivité locale met en demeure le propriétaire d’y procéder dans un délai qu’elle fixe et qui ne peut être inférieur à un mois.

À défaut de réalisation des travaux dans le délai imparti, la Collectivité locale concernée, par décision motivée, fait procéder d’office à leur exécution. Elle peut également faire procéder à la démolition prescrite."

SANTIONS RELATIVES AUX CONSTRUCTIONS MENAÇANT RUINE

L’article 79 du code de l’Urbanisme dispose :
« Sera puni d’une amende de 50 000 francs CFA à 1 million et d’un emprisonnement d’un mois à six (6) mois ou de l’une de ces peines seulement tout propriétaire qui, après mise en demeure ne répare pasou ne démolit pas une construction menaçant ruine. »

Vous pouvez réagir à cet article