image

LE PUMA POURSUIT SA SÉRIE D’INAUGURATIONS D’INFRASTRUCTURES

image

Le coordonnateur national du Programme d’Urgence de Modernisation des Axes et Territoires frontaliers, Moussa Sow, accompagné par une forte délégation, a procédé, ce jeudi, dans le département de Podor à l’inauguration de la sous-préfecture de Saldé, des postes frontaliers de Demeth et de Dioudé Diabé. Il a aussi visité le déroulement des travaux de la sous-préfecture de Cas-Cas qui sont presque achevés. Présent à cette occasion, l’adjoint au gouverneur dudit département a magnifié les travaux réalisés par le Puma au nord du pays. « Ce qu’on retient c’est un sentiment de satisfaction. Toutes ces infrastructures ont été réalisées par le Puma sur instruction du chef de l’État, Macky Sall. Ces infrastructures c’est pour d’avantage rapprocher les populations du service public. Nous savons que pour que l’administration soit efficace, il faudrait qu’elle travaille dans des conditions acceptables. Vous savez que l’État a pour objectif de réduire les inégalités sociales pour qu’il y ait une équité territoriale. Donc, c’est un objectif très ambitieux et l’État est dans cette dynamique-là », a-t-il soutenu. Avant de poursuivre : « le Puma est en train de mettre en œuvre une bonne partie de ces politiques publiques. C’est pourquoi je félicite le Puma à travers son coordonnateur national, Moussa Sow. Il a réalisé des infrastructures remarquables dans des délais extrêmement courts. Par ailleurs, les agents de l’État qui vont travailler dans ces services sont invités à redoubler d’effort pour l’entretien de ces structures et améliorer la qualité du service public ».

Pour sa part, Moussa Sow, coordonnateur national du Puma, a indiqué que ces infrastructures sont des symboles de l’État qu’il faut magnifier au niveau frontalier. « C’est une journée entièrement consacrée aux services déconcentrés de l’État et aux forces de défense et de sécurité. Ça fait partie aussi des missions du Puma de réaliser ces infrastructures au profit de l’État. Aujourd’hui, avec deux sous-préfectures pour l’administration déconcentrée, deux postes frontaliers pour la gendarme, la police frontalière, les douanes, c’est un symbole de l’État qu’il faut magnifier au niveau frontalier de manière à ce que l’on puisse constater dès l’entrée aux frontières que ces symboles de l’État sont le reflet d’un État fort », a-t-il dit.

Il faut dire que ces infrastructures sont appelées à jouer un grand rôle dans la vie des populations des zones concernées et dans la sécurisation des frontières. En effet, elles visent à rapprocher l’administration des administrés et à améliorer les conditions de travail des agents de l’État pour de meilleurs résultats, au grand bénéfice des populations.

Cheikh Moussa SARR

1er juillet 2022


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article