LA GESTION D’ASSOME DIATTA DÉCRIÉE

news-details
MINISTERE DU COMMERCE

Rififi au ministère du Commerce que pilote Aminata Assome Diatta. Qui est accusée par le Syndicat national des agents de l’administration (SYNACOM), de "clientélisme politique exacerbé", à travers le choix de ses collaborateurs.

Ces syndicalistes, dans une déclaration rendue publique, expriment leur incompréhension sur "la nomination du photographe avec un titre de conseiller technique du ministre dans un département en charge du Commerce." Ce, au moment où "ses collègues commissaires aux enquêtes économiques, trouvés dans le cabinet, ont été maintenus à des positions de conseillers techniques de département."

La dernière trouvaille de la ministre, "concerne la vague d’affectations de commissaires aux enquêtes économiques basées sur ses humeurs du moment et sans aucune objectivité", enfonce le SYCOM. Qui épingle, dans la même veine "un tâtonnement et une précipitation dans la gestion de certains dossiers." A titre illustratif, soutient le syndicat, "ce même ressenti est celui d’une bonne partie de l’opinion publique relayée par la presse notamment dans la gestion de la distribution du pain avec ses projets ’’Jayma mbourou’’ et ’’Jeggé’’ voués à un échec retentissant car d’application impossible, la plupart des star-up ont mis la clé sous le paillasson après quelques semaines de mise en œuvre et d’inactivité."

Par ailleurs, ses membres alertent sur "une menace de la stabilité sociale par le biais d’une mesures illégale, inédite, unilatérale et sournoise" laquelle "vise à faire bénéficier à des non ayant-droit des avantages portant sur le produit des amendes, pénalités, transactions et confiscations établies en matière de contentieux économique."

Les syndicalistes invitent, dans ce sillage, le corps de contrôle, à exiger un bilan détaillé et justifié du fonds de riposte mis à la disposition du département à l’instar des autres ministères.

Vous pouvez réagir à cet article