image

L’AMBASSADEUR DU MAROC AU SÉNÉGAL ACCUSE

image

Dans un entretien publié par Le Quotidien de ce vendredi 1er juillet, l’ambassadeur du Maroc au Sénégal, Hassan Naciri, après avoir présenté ses condoléances et exprimé ses sentiments de solidarité les plus sincères aux familles des victimes, n’a pas manqué de designer les migrants comme principaux responsables du drame survenu à Melilla. Un drame qui s’est soldé par la mort de plusieurs d’entre eux.

Selon le diplomate, les images qui circulent sur les réseaux sociaux sont loin de refléter la réalité des faits et le déroulé des évènements, jure-t-il. Avant de confier qu’à la base, une opération de ratissage des montagnes et forêts avoisinantes de Nador fut initiée. Des milliers de migrants subsahariens y ont élu demeure en préparant l’un des multiples assauts dont ils sont coutumiers contre les postes frontières.

Au cours de ladite opération, les migrants ont engagé de véritables batailles rangées contre les forces de l’ordre, à force de jets de pierres pour atteindre leur unique objectif qui est de passer de l’autre côté vers cet eldorado rêvé qu’est l’Europe, note l’ambassadeur. Il ajoute que, conscients que leur plan est compromis, « un certain nombre de migrants (environ 2000) ont décidé de tenter le tout pour le tout et de forcer le passage vers Melilla, quoi qu’il en coute ».

Hassan Naciri souligne d’ailleurs que « des vidéos montrent une foule de migrants dans une sorte de réunion ou un meneur les invectivait et les mobilisait pour l’assaut et d’autres vidéos qui montrent également le jour fatidique, leur marche à travers les rues de Nador menant au passage frontalier, armés de barres de fer, de bâtons, de pierres et parfois d’armes blanches et prêts à en découdre avec quiconque s’opposerait à eux ».

Il affirme enfin que ces désespérés sont morts non sous les balles des forces de l’ordre marocaines mais plutôt en escaladant les clôtures jusqu’à rupture de celles-ci, ce qui, selon lui, a provoqué des chutent mortelles. Il admet que d’autres sont morts pour avoir été piétinés lorsqu’ils se sont rués vers les quatre passages piétons au poste frontière mais qu’aucune force de l’ordre n’a tiré un seul coup de feu.

Hawa TOUMAGNON (Stagiaire)

1er juillet 2022


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article