image

UN MORT ET 44 RESCAPÉS RETROUVÉS DANS UN BATEAU

image

Un homme a été retrouvé mort, hier dimanche, dans un bateau secouru au large de l’île de Grande Canarie. Quarante-quatre autres personnes se trouvaient également dans l’embarcation. Elles ont été prises en charge par une équipe médicale et transférées au port d’Arguineguin.

Selon Infos migrants qui donne l’information, une opération de secours a été lancée après que le navire a été repéré approchant de la plage d’Anfi del Mar, dans le sud de l’île de Grande Canarie, a précisé une porte-parole des garde-côtes. Le bateau serait parti du Maroc. Notre source de poursuivre que tous les rescapés étaient des hommes en provenance du Maghreb. Plusieurs mineurs se trouvaient parmi eux.

Ils ont reçu des soins médicaux, avant d’être emmenés au port voisin d’Arguineguin pour y être examinés, a ajouté la porte-parole. La présence d’un second bateau, situé à environ 5 milles de Blaya avec 70 personnes à bord a été indiqué au Centre de coordination régionale des îles Canaries, rapporte El Diario. C’est un patrouilleur marocain qui a procédé au sauvetage.

Seize personnes disparues

Un second corps a été retrouvé dimanche, au large de la côte sud de l’Espagne après qu’un bateau transportant des migrants, repéré à l’ouest du cap Trafalgar, a coulé jeudi. Neuf corps ont été, pour le moment, retrouvés à la suite de ce drame. Quinze occupants de l’embarcation sont toujours portés disparus. Deux hommes ont été retrouvés vivants à bord du bateau, et une femme secourue des mers.

Les garde-côtes ont également secouru dimanche 16 navires au large des îles Baléares, mettant ainsi à l’abri 203 personnes, dont 8 femmes, a indiqué la délégation du gouvernement espagnol dans l’archipel. Le nombre d’arrivées est toujours très élevé aux Canaries, malgré la fin de l’été. Entre le 14 et le 15 octobre, quelque 600 migrants sont arrivés sur les côtes de l’archipel. Selon le ministère de l’Intérieur, ce sont plus de 27 000 migrants qui sont arrivés par la mer en Espagne, dans les îles Baléares ou Canaries, entre janvier et fin septembre, soit 54 % de plus qu’en 2020, sur la même période.

Mais cette route maritime est très dangereuse en raison de sa longueur et des forts courants qui la traversent : au moins 1 025 personnes sont mortes lors de la traversée en 2021, devenu d’ores et déjà "l’année la plus meurtrière sur la route migratoire vers l’Espagne", selon l’Organisation internationale pour la migration. L’ONG Caminando Fronteras comptabilise, elle, 1 922 personnes décédées, rien qu’au premier semestre 2021.

Cheikh Moussa SARR

18 octobre 2021