image

HUIT CHEFS D’ÉTAT DE LA SOUS-RÉGION ATTENDUS À BANJUL

image

Réélu pour un second mandat le mois dernier, le président Adama Barrow sera réinvesti dans son fauteuil, ce 19 janvier au grand stade de Banjul. Pour l’occasion, huit chefs d’Etat de la sous-région ont répondu présents dont le président Macky Sall qui arrive ce mercredi matin. Au moins 5 de ses homologues sont déjà arrivés mardi soir à Banjul : le président togolais, du Ghana, de la Sierra-Leone, de la Guinée Bissau et de la Mauritanie. Une présence massive de chefs d’Etat pour magnifier le retour et la consolidation de la démocratie en Gambie.

Réélu au mois de décembre dernier, le président Adama Barrow sera réinvesti à son fauteuil, ce mercredi à Banjul. Devant au moins huit chefs d’Etat de la sous-région, il prêtera serment pour présider aux destinées des Gambiens pour les cinq prochaines années. Le président Faure Gnassingbé du Togo est le premier à avoir foulé le sol gambien, ce mardi dans l’après-midi, suivi du président mauritanien, Ould Cheikh Ghazouani. Le président Juli us Maada Bio, Umaro Sissoco Emballo, Nana Akufo Ado sont également mardi, en début de soirée à Banjul. Le président Macky Sall et Buhari ainsi que leur homologue du Libéria Weah rallient la capitale gambienne, ce mercredi, en début de matinée.
Une présence massive de chefs d’Etat pour magnifier le retour et la consolidation de la démocratie en Gambie.

Cette cérémonie d’investiture n’est pas sans rappeler celle qui avait eu lieu à Dakar, cinq ans auparavant. Face à l’incapacité du président élu de prêter serment à Banjul, Adama Barrow avait été contraint de se prêter à l’exercice dans les locaux de l’ambassade de Gambie à Dakar.

Au bout de cinq ans de mandat, le successeur de Yahya Jammeh qui avait pourtant promis un mandat de 3 ans rempile ainsi pour un nouveau mandat de cinq ans également. Face à cinq autres candidats dont le principal chef de file de l’opposition, Barrow est arrivé en tête avec près de 53% des suffrages valablement exprimés. Le président est attendu sur plusieurs chantiers dont celui de la justice et de la réconciliation après que la Commission de réconciliation a rendu son rapport final. Les chantiers de développement ne sont pas en reste. Le pays s’apprête à organiser le somment de l’OCI en novembre prochain. Plusieurs infrastructures sont prévues dans le cadre des préparatifs de cette rencontre de la Oumah islamique.

De notre correspondant à Banjul, Amadou Barry.

19 janvier 2022


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article