AMNESTY INTERNATIONAL "JUGE" LA JUSTICE SÉNÉGALAISE

news-details
LIBERTÉ D’EXPRESSION, CONDITIONS DE DÉTENTION...

Amnesty International a donné son appréciation sur la façon dont les autorités sénégalaises gèrent les questions de droit dans le pays, particulièrement en 2019. En plus de dénoncer l’entêtement des autorités à réprimer les droits à la liberté d’expression et de réunion pacifique, l’ONG regrette que l’impunité soit toujours de mise dans les cas de recours excessifs à la force de la police contre des manifestants.

Selon le journal l’AS, l’organisation de défense des droits humains juge que les autorités sénégalaises continuent de restreindre abusivement le droit à la liberté d’expression en poursuivant et en plaçant en détention les personnes qui exprimaient des opinions dissidentes. Pour preuve, l’Amnesty a cité l’emprisonnement de Guy Marius Sagna qui a été arrêté et interrogé au sujet de ses messages sur Facebook concernant le manque de structures médicales convenables au Sénégal, ainsi que d’une publication diffusée sur ce même réseau social, à propos de la présence militaire française en Afrique.

En plus de ces atteintes aux libertés, Amnesty International a relevé des restrictions à la liberté de réunion pacifique. Elle indique, informe la même source, avoir été déboutée devant la Cour suprême du recours qu’elle avait formé contre l’arrêté de 2011 proscrivant tout rassemblement dans les zones du centre-ville de Dakar. Par ailleurs, Amnesty International fait état des conditions de détention éprouvantes et des décès en détention.

Vous pouvez réagir à cet article